Translate

mercredi 26 novembre 2008

Une paire par jour

Lobb Paris



7 paires pour une semaine...



...ou pour la vie !



La douloureuse...


mardi 25 novembre 2008

lundi 24 novembre 2008

Le bon marché est toujours trop cher !

Voici un exemple avec une paire de JM Weston de 10 ans d'âge.


Les souliers ont pris la pluie battante pendant un long moment.



De grosses auréoles blanchâtres apparaissent sur l'empeigne par capillarité.



Le résultat après séchage (loin du radiateur), nettoyage, crémage & cirage...

Quel chausseur bon marché permettrait une telle expérience ?

-


mercredi 19 novembre 2008

Le cordonnier bottier

Qui mieux qu'Anthony Delos pouvait nous présenter ce formidable métier de bottier ?
Ce reportage vidéo est publié par l'Anpe sur Dailymotion.

"S'il est un artisan qui prend son pied, c'est bien le cordonnier-bottier ! Encore très artisanale, cette profession valorise un savoir-faire multiforme. Faire une forme, dessiner un modèle, effectuer le patronage, la découpe des formes sont autant d'étapes dans la création d'une chaussure. Plusieurs voies sont possibles dans le secteur : du cordonnier réparateur à l'industrie de la chaussure. Preuve que les cordonniers ne sont pas toujours les plus mal chaussés..."



copyright © anpe

-


mardi 18 novembre 2008

lundi 17 novembre 2008

Monsieur Gabriel Gonzalez


Monsieur Gabriel Gonzalez en complet 3 pièces de 11 ans d'âge.

"Je ne paie jamais mes costumes,
c'est mon épouse qui m'offre les tissus !"

-


vendredi 14 novembre 2008

Les boutonnières pour chemises

Faire de belles boutonnières avec de simples machines à coudre : c'est possible.

La preuve en image :




copyright © singer

Vidéo visible sur le site de Singer ici.


jeudi 13 novembre 2008

A. B. A. Tailoring

En furetant sur FACEBOOK avec le mot clé "chemisier", je tombe sur la page de Armand de Baudry d'Asson, vendeur de sur-mesure, et dont le site se nomme mytailleur.

Un article lui étant consacré dans le figaro magazine du samedi 26 septembre 2002 m'interpelle (en bien) :

"- Le sur-mesure change tout. Porter des vêtements uniquement faits pour soi est la garantie d'être élégant sa vie entière. De plus, c'est une excellente affaire financière.
On investit dans un appartement ou une voiture, pourquoi pas dans un costume ou un manteau dans lesquels on passe aussi beaucoup de temps ?"


Très juste, en effet on passe tellement de temps dans ses vêtements, pourquoi ne pas y consacrer un minimum d'argent...

Si l'on considère un complet en grande mesure à EUR 3.000,00- que l'on portera une journée par semaine pendant 20 ans, soit 47 jours par an et 940 jours au total, il vous coûtera seulement EUR 3,20- par journée de port ! Une affaire non ?

Espérant vous avoir convaincu à la grande mesure...


mercredi 12 novembre 2008

La vérité est tailleur

Voici la liste des adhérents à la FNMTF (Fédération Nationale des Maîtres Tailleurs de France) :

  • ANDRE MARCEL
    7, rue de l'Epicerie
    76000 ROUEN

  • BEUCHER
    51, bld Saint Michel
    49100 ANGERS

  • BRANO
    6, avenue Percier
    75008 PARIS

  • CHARVET
    28, place Vendôme
    75001 PARIS

  • CAMPS DE LUCA
    11, place de la Madeleine
    75008 PARIS

  • EVZELINE
    103, rue du Faubourg Saint Honoré
    75008 PARIS

  • GERARDI
    51, rue Bossuet
    69006 LYON

  • GONZALEZ
    3, place André Malraux
    75001 PARIS

  • GUILSON
    3, rue Saint-Philippe du Roule
    75008 PARIS

  • KEMPF
    19, rue de la Boétie
    75008 PARIS

  • OHNONA
    1, rue des Marivaux
    75002 PARIS

  • RAMBURE
    8, rue Stanislas
    75006 PARIS

  • ROVITO
    12, rue du Mont Thabor
    75002 PARIS

  • YESSEYAN
    7, allée des Elfes
    78320 LE MESNIL SAINT DENIS


14 membres seulement, mais où sont les autres ?

Pourquoi les ARNYS, CIFONELLI, DIAGNE, DI FIORE, DJAY, KERGOAT, LANVIN, SMALTO ne sont pas membres de la fédération ???

A bon entendeur...


lundi 10 novembre 2008

10.000 visites en 10 mois

Le cap des 10.000 visites vient d'être passé ce dimanche 9 novembre 2008 à 12h22 !

Jamais je n'aurais imaginé tant de lecteurs. Merci à tous de me lire et n'hésitez surtout pas à laisser vos commentaires.

L'occasion pour moi de vous dévoiler le projet de création d'un site internet, sorte de carnet d'adresse des artisans chemisiers, tailleurs, bottiers, selliers, drapiers, malletiers, parapluitiers, etc...

...avec des reportages photos, des vidéos, des explications techniques, un lexique, et pourquoi pas des démontages.


chato


vendredi 7 novembre 2008

Le Carrousel des Métiers d'art et de la création

La Chambre régionale de Métiers et de l'Artisanat d'Ile-de-France

vous présentent la 5ème biennale

Le Carrousel des Métiers d'art et de la création

du 3 au 7 décembre 2008

au Carrousel du Louvre




Présence notamment de :

André Guilson, Maître Tailleur

Anne-Marie Gaspar, Paraplutier

L'AFT, l'Association Formation Tailleur

Fernand Sebbah, Chapelier

Lionel Yessayan, Maître Tailleur

Le lycée LEA EREA JEAN MONNET, Formation en botterie



jeudi 6 novembre 2008

Brano



Brano

TAILLEUR
GRANDE MESURE

Meilleur Ouvrier de France

6, avenue Percier
75008 PARIS

01 42 25 24 76

Mail : tailleur.mesure@brano.fr

-

Métro : Miromesnil



Agrandir le plan


mardi 4 novembre 2008

Collector Liste Rouge

COLLECTOR
240A2 pur coton

Cette popeline au toucher hors du commun, a été réalisée à l'occasion du 180e anniversaire d'un des plus prestigieux tisseurs européens.
Le " 240 A2" est à ce jour le tissu réalisé à partir du fil de coton le plus fin au monde.
Sa mise en œuvre a été rendue possible grâce à un savoir-faire sans égal dans le domaine du tissage.

copyright © Liste Rouge

Les chemises Liste Rouge "collector" réalisées dans ce tissu unique sont reconnaissables par un bouton de col en hématite, et une boutonnière rouge en bas de gorge.


TARIF : 500 €...


lundi 3 novembre 2008

Eric Devos, le chausseur sachant chasser

Article publié par Veil Emmanuelle - publié le 29/05/1997 sur l'Express et visible ici.

Fils d'un bricoleur, il est devenu faiseur de souliers par amour de la matière vivante. Promu «meilleur ouvrier de France», il s'est installé à Bourg-en-Bresse, pour être plus près de la nature. Les Bressans ont plus de chance que le gibier.

Adolescent, il ne voulait pas faire l'armée. Alors, devant les officiers, il s'est présenté avec des semelles orthopédiques: «J'ai un oignon évolutif, il faut que je change de chaussures tous les trois mois. - Vous avez un certificat médical? - Ben non, c'est moi qui fabrique mes souliers.»
Un bottier! Eric Devos fait aujourd'hui partie du cercle très restreint - une vingtaine - des confectionneurs de chaussures sur mesure. Il n'a que 29 ans et vient d'être désigné par ses pairs «meilleur ouvrier de France», la plus haute distinction pour les métiers manuels. La remise des médailles - elles sont décernées tous les trois ans à l'issue d'un concours national - aura lieu le 11 juin à la Sorbonne. Mais d'ores et déjà le président du jury, Raymond Massaro, parle d'un travail exécuté «dans la plus pure tradition, avec des coutures invisibles: le coup de main d'un expert».

Une main forgée sans relâche, depuis l'enfance. Eric Devos est né à Hazebrouck (Nord), en 1968, d'un père bricoleur, qui lui apprend, dès l'âge de 8 ans, à fabriquer des tabourets et à réparer des vélos. Le petit décortique ses jouets, «pour voir comment ils sont fabriqués». «Il n'a pas changé, raconte sa femme, Marie-Agnès. A la maison, il a démonté le clavier de l'ordinateur et le four à micro-ondes.»

Eric Devos est un sensuel, qui comprend en touchant. S'il a choisi de fabriquer des chaussures plutôt que de travailler la ferraille, comme son père, contremaître dans une usine de sidérurgie, c'est parce qu'il préfère les «matières chaudes, vivantes, malléables». Et aussi parce que tous les samedis de sa jeunesse passés dans la boutique de son oncle, cordonnier à Liévin (Pas-de-Calais), l'odeur de la colle, du cuir et du caoutchouc l'enivrait. «Maintenant, j'y suis trop habitué, je ne sens plus rien. En revanche, quelquefois, ça sent les pieds dans le magasin, à cause de vieilles paires qu'on me donne à réparer. C'est beaucoup moins agréable.»

Guidé par son plaisir, Eric Devos entame à 13 ans et demi un CAP de cordonnerie-botterie et, à 17 ans, intègre l'Association ouvrière des Compagnons du devoir, qui enseigne l'art et les secrets du métier à des apprentis: d'entreprise en entreprise, ils font le tour de la France. Le jeune Devos commence par Mulhouse: «Mon patron pensait que je savais déjà travailler. Il m'a mis derrière une machine à coudre. Et moi je pétais des aiguilles, je pétais des aiguilles. Lui, il jurait en alsacien. J'ai fondu en larmes.» Son parcours initiatique le mène ensuite à Paris, chez John Lobb-Hermès, l'une des grandes maisons du sur-mesure. Entre ses mains passent les chaussures de Catherine Deneuve et de Philippe Noiret. A Lyon, à La Rochelle, il apprend le confort du pied et la correction des pathologies dans des entreprises de matériel orthopédique.

Pour devenir Compagnon du devoir, Devos réalise la rituelle «oeuvre de réception». Il fabrique une bottine mi-mollet moulante, noir et blanc, en chevreau, «parce que c'est ce qu'il y a de plus fin», et dans le style 1900, «parce que je voulais montrer que j'étais capable d'utiliser les techniques disparues». Tout le personnage est là, dans cette double exigence de qualité et de tradition, que l'on retrouve aussi bien dans sa façon de travailler que dans sa manière de vivre.

C'est pour «fuir le stress des grandes villes» qu'il choisit d'ouvrir sa boutique à Bourg-en-Bresse (Ain). Une ville tranquille de 41 000 habitants, «bien située géographiquement: à une heure de Lyon et de Genève, à deux de Paris», explique Devos. «Je ne voulais pas me mettre dans un trou et taper les godasses», dit-il en montrant son magasin, un petit espace propre et clair: parquet, crépi blanc, poutres. En vitrine, entre des épis de blé, «signe de prospérité et porte-bonheur», il a posé les escarpins blancs en soie sauvage qu'il a fabriqués pour sa femme à l'occasion de leur mariage. La délicatesse et la féminité de l'endroit contrastent avec le comportement bourru de ce grand garçon aux sourcils noirs.

«Il est carré. Sévère. Parfois, il crie, confie Frédéric, le jeune apprenti cordonnier qui travaille à ses côtés. Mais il est gentil. Il me montre comment tenir les outils.» Avec ses clients aussi, Eric Devos est intransigeant. Il refuse les fautes de goût, les commandes qui le heurtent. Dernièrement, il a dit non à un homme qui voulait pour lui-même une paire de cuissardes blanches modèle femme. Il dit encore non aux dames qui exigent 8 centimètres de talon aiguille alors qu'elles ont un orteil en griffe, un pied plus petit ou une jambe plus courte. «Je ne peux pas accepter d'extravagances si je veux fabriquer des souliers esthétiques et confortables. Il y a des gens qui croient qu'ils voleront avec leurs chaussures parce que c'est du sur-mesure. Mais quelquefois, s'ils ont mal aux pieds, c'est d'abord parce qu'ils sont mal dans leur tête.» Pour cacher les handicaps, il pose des petits appareillages, des compensations invisibles.
«C'est un miracle, ce que vous avez fait!» s'écrie une vieille femme à turban marron, foulard rose et lunettes teintées en poussant la porte du magasin. Elle est venue remercier. «J'ai un pied, le gauche, plus fort que l'autre et très douloureux. J'ai eu deux accidents. Je n'ai plus mal! Oui, c'est Lourdes ici!» Le bon docteur Devos fait le sourd, insensible aux compliments. Il est dans son monde.

«Je ressemble à mon chien», dit-il. Le week-end, avec son griffon cortal, sa femme et ses deux fusils, il part du côté de Mâcon chasser le lapin, le lièvre, le faisan. Pour les manger. «Je marche 10, 15 kilomètres, avec les bottes pleines de boue, dans les ronces et les branches. Je participe à la vie de la nature, à la régulation des espèces. C'est un état d'esprit.» Il aime aussi cueillir des champignons dans la forêt, capturer des grenouilles dans les étangs, la nuit, avec une lampe de poche, et pêcher la truite dans le Jura. Deux fois par an, il s'autorise une orgie dans un château avec les membres de la Confrérie des poulardiers de Bresse, un club de gourmets huppés qui défendent le patrimoine gastronomique de la région: «Nous sommes tous en robe rouge. Les impétrants mangent une cuisse de poulet en buvant du vin. Ils jurent de ne consommer que du vrai poulet de Bresse.» Il y a déjà quelques années qu'Eric Devos a fait cette promesse. Apparemment, il la tient.


bio express
1968 Naissance à Hazebrouck (Nord).
1985 CAP de cordonnerie-botterie.
1987, 1988, 1991 Médaille d'or du concours national de bottier.
1989 Reçu chez les Compagnons du devoir du tour de France.
1994 Ouvre une boutique à Bourg-en-Bresse (Ain).
1997 Meilleur ouvrier de France en botterie.


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails